Les premiers signes d'hypoglycémie chez le nouveau-né

Il n'y a toujours pas de définition de l'hypoglycémie basée sur des études systématiques.

Les facteurs de risque incluent la prématurité, le faible poids / taille pour l'âge gestationnel et l'asphyxie périnatale. Le diagnostic est suspecté de manière empirique et est confirmé par un test au glucose. Le pronostic dépend de la maladie sous-jacente. Le traitement consiste en une nutrition entérale ou en glucose intraveineux.

Selon une étude réalisée par des néonatologistes en Angleterre à la fin des années 80, la limite inférieure du glucose sanguin normal dans le plasma sanguin, déterminant du passage à un état d'hypoglycémie, allait de 18 à 42 mg / dL!

Les «valeurs normales» de la glycémie chez le nouveau-né, qui étaient auparavant acceptables, ne sont en fait pas une manifestation de la tolérance au déficit en glucose, mais une conséquence du début tardif de l'alimentation des nouveau-nés dans les années soixante. En ce qui concerne les nouveau-nés prématurés et de petite taille, le risque d'hypoglycémie est beaucoup plus élevé chez les nouveau-nés nés à terme et en bonne santé en raison de leurs faibles réserves de glycogène et de l'échec des enzymes de la glycogénolyse. Avec le début précoce de l'alimentation, le niveau d'HA au cours de la 1ère semaine de vie est dans les 70 mg / dL.

Cette définition purement statistique de l'hypoglycémie basée sur des mesures GC en série chez des nouveau-nés en bonne santé et nés à terme a récemment été reléguée au second plan en faveur d'une définition plus fonctionnelle. La question est déjà formulée non pas «qu'est-ce que l'hypoglycémie», mais «quel niveau d'HA est nécessaire pour le fonctionnement normal des organes de l'enfant et en particulier du cerveau»?

Deux études réalisées indépendamment l'une de l'autre pour évaluer l'effet d'un faible niveau de GC sur la fonction cérébrale ont abouti à des conclusions presque identiques:

  • Lucas (1988) a réalisé une évaluation neurologique chez les nouveau-nés très prématurés (n = 661) et a montré que, dans le groupe d'enfants dont les niveaux d'HA diminuaient progressivement jusqu'à des valeurs inférieures à 2,6 mmol / l pendant au moins 3 jours, absent, à l’âge de 18 mois, un déficit neurologique était noté 3,5 fois plus souvent que dans le groupe témoin. Ces résultats ont ensuite été confirmés par les données d'une étude de Duvanel (1999) évaluant la fonction neurologique chez des enfants nés avant terme à l'âge de 5 ans. Il a été noté que les effets les plus graves des épisodes répétés d'hypoglycémie avaient un développement psychomoteur de l'enfant.
  • Koh (1988) dans son étude, utilisant des méthodes neurophysiologiques, a évalué la relation entre le niveau d'HA et la présence de potentiels acoustiques pathologiques chez le nouveau-né. Dans le même temps, chez les enfants dont le niveau de GC n'est pas inférieur à 2,6 mmol / l, aucun potentiel pathologique n'a été observé, contrairement au groupe d'enfants présentant des taux de glucose plus faibles (n = 5).

Sur la base des résultats de ces études, les conclusions suivantes peuvent être tirées:

  • Premièrement, le maintien d'une glycémie> 2,6 mmol / l empêche le développement de dommages neurologiques aigus et persistants.
  • Deuxièmement, les hypoglycémies répétées et prolongées semblent être plus graves pour le nouveau-né que celles à court terme ou ponctuelles. L'absence de symptômes cliniques typiques chez le nouveau-né est une situation courante et ne reflète pas une hypoglycémie moins sévère. Par conséquent, l'hypoglycémie symptomatique doit être considérée comme plus complexe et nécessitant un traitement et un contrôle approfondis.

La définition

Nouveau-nés prématurés et nés à terme (y compris les petits enfants): GK 4300

  • Asphyxie, stress périnatal.
  • Besoin accru / hyperinsulinisme:

    • Traitement médicamenteux par la mère (thiazidiques, sulfamides, β-mimétiques, tocolytiques, diazoxide, antidiabétiques, propranolol, valproate).
    • Enfant d'une mère atteinte de diabète (jusqu'à 30%).
    • Polyglobulie.
    • Syndrome de Wiedemann-Beckwith (1:15 000).
    • Hyperinsulinisme congénital (anciennement: nezidioblastose), insulinome (extrêmement rare).
    • Hyperinsulinisme sensible à la leucine.

    Consommation réduite de glucose:

    Défauts des enzymes de la gluconéogenèse:

    • fructose-1,6-bisphosphatase
    • phosphoénolpyruvate carboxykinase
    • pyruvate carboxylase

    Défauts des enzymes de la glycogénolyse (glycogénose avec tendance à l'hypoglycémie):

    • glucose-6-phosphatase (type I)
    • enzyme débranchant (type III)
    • Phosphorylase du foie (type VI)
    • phosphorylase kinase (type IX)
    • glycogène synthétase (type 0).

    Défauts dans le métabolisme des acides aminés: par exemple, maladie du sirop d’érable, tyrosinémie.

    Acidémies d'organes: par exemple, acidémie propionique, acidémie méthylmalonique.

    Galactosémie, intolérance au fructose.

    Défauts d'oxydation des acides gras.

    Apport insuffisant de glucose dans les aliments.

    Troubles hormonaux: déficit en hormone de croissance, déficit en ACTH, déficit en glucagon, hypothyroïdie, déficit en cortisol, troubles hypophysaires isolés et combinés.

    Autres raisons: erreur dans la conduite de la thérapie par perfusion, interruption de la conduite de la thérapie par perfusion en cas de déficit en glucose, infection intestinale sévère, transfusion sanguine d'échange, dialyse péritonéale, traitement à l'indométacine, perfusion de glucose au moyen d'un cathéter élevé dans l'artère ombilicale.

    Symptômes et signes d'hypoglycémie chez le nouveau-né

    Dans de nombreux cas, les symptômes n'apparaissent pas. Les signes neuroglycopéniques incluent les convulsions, le coma, les épisodes cyanotiques, l'apnée, la bradycardie ou une insuffisance respiratoire et l'hypothermie.

    Attention: les symptômes cliniques peuvent être absents avec une hyperglycémie sévère, donc, en cas de doute, déterminez toujours l'HA!

    • Apathie, altération de la succion (symptômes atypiques de l'hypoglycémie chez les enfants plus âgés).
    • Anxiété, transpiration.
    • Crises cérébrales.
    • Tachycardie, fluctuations de la pression artérielle.
    • Tachypnée, apnée et cyanose.
    • Un cri aigu et aigu.

    Diagnostic de l'hypoglycémie chez le nouveau-né

    • Vérifications glycémiques nocturnes.

    Tous les signes sont non spécifiques et se manifestent également chez les nouveau-nés présentant une asphyxie, une septicémie, une hypocalcémie ou un syndrome de sevrage des opioïdes. Ainsi, les nouveau-nés à risque présentant ou non ces signes nécessitent un test de glycémie immédiat au chevet du patient. Des taux anormalement bas sont confirmés par un échantillon de sang veineux.

    Attention: hypoglycémie = utilisée dans le diagnostic!

    • Comment?: Largement utilisées dans la pratique, les bandelettes réactives pour le contrôle glycémique présentent des écarts dans la plage de mesure inférieure à celles obtenues par la méthode à l'hexokinase utilisée en laboratoire, c'est-à-dire que toutes les valeurs de glucose pathologiquement basses obtenues à partir de testé par la méthode de laboratoire. Règle de base: GK 4300 g à la naissance, enfants d'une mère diabétique, nouveau-nés prématurés.
    • Quand Contrôle GC sur un estomac vide, après 1/2, 1, 3 et 6 heures après la naissance, puis selon les indications.

    Diagnostic primaire: exclure d’abord les maladies non métaboliques, telles que la septicémie, les défauts.

    Hypoglycémie récurrente / résistante au traitement:

    • détermination, sur fond d'hypoglycémie, du métabolite clé du P-hydroxybutyrate, des acides gras libres, du lactate et des gaz du sang.
    • algorithme de diagnostic différentiel supplémentaire.
    • Diagnostic intentionnel - guidé par quatre sous-groupes.

    Traitement de l'hypoglycémie chez le nouveau-né

    • Dextrose par voie intraveineuse (pour la prévention et le traitement).
    • Nutrition entérale.
    • Glucagon parfois intramusculaire.

    Les nouveau-nés du groupe à haut risque sont traités préventivement. Les nourrissons de femmes diabétiques qui utilisent l'insuline reçoivent souvent une solution aqueuse de glucose à 10% dès la naissance. Les autres nouveau-nés à risque qui ne sont pas malades devraient commencer à se nourrir tôt avec des mélanges contenant des glucides.

    Si le niveau de glucose chute à 120 ml / kg / jour pour 6 à 8 repas).

  • Si cela est impossible - perfusion de glucose 10% 4-5 ml / kg / heure.
    • Immédiatement en bolus de glucose 3 ml / kg, 10% de glucose, à renouveler si nécessaire.
    • Après le bolus, une perfusion d'entretien de glucose de 5 ml / kg / heure d'une solution de glucose à 10%.
    • Ne pas oublier de subvention supplémentaire de glucose par voie orale. Ajoutez de la maltodextrine au mélange de lait (stimule la sécrétion d'insuline dans une moindre mesure que le glucose in / in).
    • En l'absence d'effet: augmentation progressive du don de glucose en / à 2 mg / kg / min jusqu'à un maximum de 12 mg / kg / min.
    • Si, après avoir effectué les mesures ci-dessus, le succès n’est pas atteint: introduction du glitch gon: dose pour les nouveau-nés en bonne santé (eutrophes) à 0,1 mg / kg IV, p / c ou m. Ne pas utiliser avec HH ou SGA!

    Attention: contrôle strict, car l'effet est de courte durée!

    Attention: gros bol de glucose → forte stimulation de la production d'insuline ↔ diminution supplémentaire de la glycémie!

    Si l'effet n'est toujours pas atteint:

    • L'octréotide (un analogue de la somatostatine) de 2 à 20 µg / kg / jour de s / c pour 3 à 4 administrations, il est également possible / dans l'administration en période préopératoire avec hyperinsulinisme congénital.
    • Mesure extrême: diazoxide, chlorothiazide.

    Attention: fluctuations importantes du GC.

    • Nifédipine.
    • Hydrocortisone pendant plusieurs jours. Action: stimulation de la gluconéogenèse. Diminution de l'absorption de glucose périphérique. Auparavant, les niveaux de cortisol et d'insuline étaient mesurés au cours de l'hypoglycémie.

    Résumé: subventions orales dans la mesure du possible, administration par voie intraveineuse si nécessaire.

    Prévention de l'hypoglycémie chez le nouveau-né

    Chez les femmes enceintes atteintes de diabète, maintien du niveau optimal de glycémie, en particulier en fin de grossesse

    Alimentation précoce et régulière à partir de la 3ème heure de vie, en particulier HH et SGA.

    Faites attention à continuer à manger régulièrement, y compris après le congé (au moins toutes les 4 heures). Dans les NN, qui se préparent à la sortie, dans 18% des cas, des épisodes d'hypoglycémie tardive se produisent avec une alimentation retardée.

    Articles d'experts médicaux

    L'hypoglycémie est une glycémie inférieure à 40 mg / dL (moins de 2,2 mmol / L) à terme ou inférieure à 30 mg / dL (moins de 1,7 mmol / L) chez le nouveau-né prématuré. Les facteurs de risque incluent la prématurité et l'asphyxie intrapartum. Les causes les plus courantes sont l’insuffisance des réserves de glycogène et l’hyperinsulinémie. Les symptômes de l'hypoglycémie comprennent la tachycardie, la cyanose, les convulsions et l'apnée.

    Le diagnostic "d'hypoglycémie" suggère de manière empirique et confirme la détermination des taux de glucose. Le pronostic dépend de la cause, le traitement est une nutrition entérale ou du glucose inhalé.

    , , , , , ,

    Qu'est-ce qui cause l'hypoglycémie chez le nouveau-né?

    L'hypoglycémie chez les nouveau-nés peut être transitoire ou permanente. Les causes d'hypoglycémie transitoire sont une quantité insuffisante de substrat ou l'immaturité de la fonction des enzymes, ce qui entraîne une insuffisance des réserves de glycogène. Les causes de l'hypoglycémie persistante sont l'hyperinsulinisme, une violation des hormones contrainsulaires et des maladies métaboliques héréditaires telles que la glycogénose, une insuffisance en gluconéogenèse, une altération de l'oxydation des acides gras.

    On trouve souvent des réserves de glycogène insuffisantes à la naissance chez les prématurés de très faible poids à la naissance, les enfants petits pour la gestation en raison d'une insuffisance placentaire et les enfants présentant une asphyxie intranatale. La glycolyse anaérobie épuise les réserves de glycogène chez ces enfants et une hypoglycémie peut survenir à tout moment au cours des premiers jours, en particulier si entre deux tétées, les repas durent longtemps ou si l'apport en éléments nutritifs est faible. Par conséquent, le maintien de l'apport exogène de glucose est important pour prévenir l'hypoglycémie.

    L'hyperinsulinisme transitoire est le plus fréquent chez les enfants de mères diabétiques. Il survient également souvent sous stress physiologique chez les enfants de petite taille au moment de la gestation. L'hyperinsulinisme (transmis par les modes de transmission autosomique dominant et autosomique récessif), l'érythroblastose fœtale sévère, le syndrome de Beckwith-Wiedemann (dans lequel l'hyperplasie des cellules des îlots est associée à des signes de macroglossie et de hernie ombilicale). L'hyperinsulinémie se caractérise par une chute rapide du taux de glucose sérique dans les premières heures à une heure après la naissance, lorsque le débit constant de glucose dans le placenta cesse.

    Une hypoglycémie peut également se développer si l’administration intraveineuse d’une solution de glucose cesse brusquement.

    Symptômes d'hypoglycémie chez le nouveau-né

    Beaucoup d'enfants ne présentent aucun symptôme d'hypoglycémie. Une hypoglycémie prolongée ou grave provoque des signes végétatifs et neurologiques de la genèse centrale. Les symptômes végétatifs comprennent la transpiration, la tachycardie, la faiblesse et des frissons ou des tremblements. Les symptômes neurologiques centraux de l’hypoglycémie comprennent les convulsions, le coma, des épisodes de cyanose, des apnées, des bradycardies ou une détresse respiratoire, de l’hypothermie. Une somnolence, un manque d'appétit, une hypotension et une tachypnée peuvent survenir. Toutes les manifestations sont non spécifiques et sont également notées chez les nouveau-nés présentant une asphyxie, une septicémie ou une hypocalcémie, ou un syndrome de sevrage des opioïdes. Par conséquent, les patients à risque présentant ou non ces symptômes nécessitent un contrôle immédiat de la glycémie capillaire. Un taux anormalement bas est confirmé par la détermination du glucose dans le sang veineux.

    Traitement de l'hypoglycémie chez le nouveau-né

    La plupart des nouveau-nés à haut risque sont traités préventivement. Par exemple, les enfants de femmes atteintes de diabète sucré insulino-dépendant, souvent immédiatement après la naissance, commencent la perfusion intraveineuse d'une solution de glucose à 10% ou reçoivent du glucose par voie orale, ainsi que chez les patientes très prématurées ou les enfants atteints de syndrome de détresse respiratoire. Les nouveau-nés à risque doivent recevoir tôt et fréquemment le mélange afin de leur fournir des glucides.

    Pour tout nouveau-né dont le taux de glucose est inférieur ou égal à 50 mg / dL, un traitement approprié doit être instauré avec une alimentation entérale ou une administration intraveineuse de solution de glucose à une concentration maximale de 12,5%, à un débit de 2 ml / kg pendant plus de 10 minutes et plus. Les concentrations peuvent être administrées, si nécessaire, par le biais d'un cathéter central. Ensuite, la perfusion doit être poursuivie à un débit fournissant 4 à 8 mg / (kg min) de glucose, soit une solution de glucose à 10% à un débit d'environ 2,5 à 5 ml / (kg h). La glycémie doit être surveillée pour réguler le débit de perfusion. Avec l'amélioration de la condition du nouveau-né, l'alimentation entérale peut progressivement remplacer la perfusion intraveineuse, tandis que la concentration en glucose continue à être surveillée. La perfusion de glucose par voie intraveineuse doit toujours diminuer progressivement, car un arrêt soudain peut provoquer une hypoglycémie.

    S'il est difficile de commencer une perfusion intraveineuse chez un nouveau-né hypoglycémique, le glucagon à une dose de 100 à 300 µg / kg par voie intramusculaire (maximum 1 mg) augmente généralement rapidement la glycémie, cet effet dure 2-3 heures, sauf chez les nouveau-nés présentant un épuisement des réserves de glycogène. L'hypoglycémie, réfractaire à la perfusion de glucose à haute vitesse, peut être traitée avec de l'hydrocortisone à une dose de 2,5 mg / kg par voie intramusculaire 2 fois par jour. Si l'hypoglycémie est réfractaire au traitement, d'autres causes doivent être exclues (par exemple, une septicémie) et éventuellement un examen endocrinologique doit être prescrit pour détecter l'hyperinsulinisme persistant et les troubles de la gluconéogenèse ou de la glycogénolyse.

    Hypoglycémie transitoire: cause chez le nouveau-né

    L'oxygène et le glucose sont les principales sources de vie du corps.Après l'hyperbilirubinémie, l'hypoglycémie du nouveau-né est considérée comme le deuxième facteur nécessitant un long séjour du bébé à l'hôpital après la naissance. Un tel diagnostic nécessite un examen approfondi, car de nombreuses maladies peuvent être accompagnées d'hypoglycémie.

    Et le très faible taux de sucre dans le sang d'un nouveau-né et d'un enfant de la première année de vie est considéré comme une condition très dangereuse pour la santé. Il altère considérablement la nutrition du cerveau et de tous les tissus.

    Hypoglycémie transitoire (transitoire) de la période néonatale

    Quand un bébé est né, il est soumis à un stress intense. Au cours des contractions et au moment où l'enfant passe dans le canal utérin de la mère, le glycogène libère du glucose dans le foie et le niveau de sucre dans le sang chez les enfants est perturbé.

    Cela est nécessaire pour éviter d’endommager le tissu cérébral du bébé. Si l'enfant a de faibles réserves de glucose, une hypoglycémie transitoire se développe dans son corps.

    Cette maladie ne dure pas longtemps car, en raison des mécanismes d'autorégulation du taux de glucose dans le sang, sa concentration redevient rapidement normale.

    Souvent, cet état peut se développer en raison de la négligence du personnel médical (hypothermie), notamment des enfants prématurés ou très jeunes. Lorsque l'hypothermie peut entraîner une hypoglycémie chez un bébé fort.

    Gestationnel

    Les enfants en bonne santé nés à terme ont de grandes réserves de glycogène dans le foie. Il permet facilement au bébé de faire face au stress associé à la naissance. Mais si le développement intra-utérin du fœtus a été accompagné d'anomalies, l'hypoglycémie chez un tel enfant dure beaucoup plus longtemps et nécessite une correction supplémentaire avec l'utilisation de médicaments (introduction de glucose).

    L'hypoglycémie prolongée se développe principalement chez les bébés prématurés de faible poids et chez les bébés post-terme.

    En règle générale, ce groupe de nouveau-nés a de faibles réserves de protéines, de tissu adipeux et de glycogène hépatique.

    De plus, en raison du manque d'enzymes chez ces enfants, le mécanisme de la glycogénolyse (désintégration du glycogène) est sensiblement réduit. Les stocks qui ont été reçus de la mère ont rapidement été dépensés.

    C'est important! Une attention particulière est accordée aux enfants nés de femmes atteintes de diabète. Habituellement, ces bébés sont très gros et la concentration de glucose dans leur sang diminue très rapidement. Ceci est dû à l'hyperinsulinémie.

    Les mêmes problèmes sont rencontrés par les nouveau-nés nés en présence d'un conflit Rh. Il s'avère qu'en cas de conflits sérologiques complexes, une hyperplasie des cellules pancréatiques peut se développer, ce qui produit l'hormone insuline. En conséquence, les tissus absorbent le glucose beaucoup plus rapidement.

    Périnatale

    L'état du nouveau-né est évalué sur l'échelle d'Apgar. C'est ainsi que l'on détermine le degré d'hypoxie d'un enfant. Tout d'abord, les enfants souffrent d'hypoglycémie, dont la naissance a été rapide et accompagnée d'une importante perte de sang.

    L’hypoglycémie se développe chez les enfants atteints de troubles du rythme cardiaque. Il est également facilité par l'utilisation de certains médicaments par la mère pendant la grossesse.

    Autres causes d'hypoglycémie transitoire

    L’hypoglycémie transitoire est très souvent causée par diverses infections. N'importe quel type de pathogène (l'agent pathogène n'a pas d'importance) conduit à une hypoglycémie. Cela est dû au fait qu’une grande quantité d’énergie est dépensée pour lutter contre l’infection. Et, comme vous le savez, la source d’énergie est le glucose. La gravité des symptômes hypoglycémiques néonatals dépend de la gravité de la maladie sous-jacente.

    Un autre groupe important comprend les nouveau-nés atteints de malformations cardiaques congénitales et de circulation sanguine. Dans une telle situation, l'hypoglycémie provoque une mauvaise circulation dans le foie et une hypoxie. Le besoin d'injections d'insuline disparaît dans l'un des cas énumérés, sous réserve de l'élimination en temps utile des violations du secondaire:

    • insuffisance circulatoire,
    • l'anémie,
    • hypoxie.

    Hypoglycémie persistante

    Au cours de nombreuses maladies dans le corps, il y a violation des processus métaboliques. Il existe de telles situations dans lesquelles il existe des défauts irréversibles qui entravent le développement normal du bébé et mettent sa vie en danger.

    Après un examen approfondi de ces enfants, un régime alimentaire approprié et un traitement médical sont sélectionnés. Enfants atteints de galactosémie congénitale, ses manifestations se manifestent dès les premiers jours de la vie.

    Un peu plus tard, les enfants développent une fructosémie. Cela est dû au fait que le fructose se trouve dans de nombreux légumes, miel, jus de fruits et que ces produits sont introduits dans le régime alimentaire de l'enfant beaucoup plus tard. La présence des deux maladies nécessite une adhésion à long terme à un régime alimentaire strict.

    Le développement de l'hypoglycémie peut déclencher des troubles hormonaux. En premier lieu à cet égard est la défaillance de l'hypophyse et des glandes surrénales. Dans cette situation, l'enfant est sous la surveillance d'un endocrinologue tout le temps.

    Les symptômes de ces pathologies peuvent se manifester chez le nouveau-né et à un âge plus avancé. Avec la croissance des cellules pancréatiques, la quantité d'insuline augmente et, en conséquence, la concentration de glucose dans le sang diminue.

    Il est impossible de corriger cette condition par les méthodes traditionnelles. L'effet ne peut être obtenu qu'avec une intervention chirurgicale.

    Hypoglycémie et ses symptômes

    1. Respiration rapide.
    2. Anxiété
    3. Excitabilité excessive.
    4. Tremblement des membres.
    5. Insatiable sensation de faim.
    6. Syndrome convulsif.
    7. Violation de la respiration jusqu'à ce qu'elle s'arrête complètement.
    8. Léthargie
    9. Faiblesse musculaire
    10. Somnolence.

    Pour un enfant, les crampes et les problèmes respiratoires sont les plus dangereux.

    Le plus souvent, l'hypoglycémie est corrigée dès le premier jour de la vie du bébé.

    Diagnostic de la maladie

    Les tests suivants sont effectués sur des enfants de la première année de vie et des nouveau-nés pour diagnostiquer une hypoglycémie aiguë ou prolongée:

    • concentration de glucose dans le sang
    • taux d'acide gras libre
    • détermination du niveau d'insuline
    • déterminer le niveau d'hormone de croissance (cortisol),
    • le nombre de corps cétoniques.

    Si un enfant est à risque, des recherches sont effectuées dans les 2 premières heures de sa vie. Sur la base de ces indicateurs, la nature et le degré d'hypoglycémie néonatale sont déterminés, ce qui permet de prescrire un traitement adéquat au bébé.

    Qui est à risque

    Une hypoglycémie peut survenir chez tout enfant, mais il existe toujours un groupe de risque comprenant des enfants:

    1. âge de gestation immature
    2. prématuré
    3. avec des signes d'hypoxie,
    4. né de mères atteintes de diabète.

    Les niveaux de sucre dans le sang des nouveau-nés sont donc déterminés immédiatement après la naissance (dans l'heure qui suit la naissance).

    Il est très important d'identifier rapidement l'hypoglycémie chez le nouveau-né, car un traitement et une prévention en temps voulu protégeront le bébé du développement de complications graves de cette maladie.

    L'accent devrait être mis sur l'adhésion aux principes du développement périnatal. Il est nécessaire de commencer l'allaitement le plus tôt possible pour prévenir le développement de l'hypoxie, prévenir l'hypothermie.

    Tout d'abord, lors de l'hypoglycémie néonatale, les pédiatres injectent une solution de glucose à 5% par voie intraveineuse. Si le bébé a déjà plus d'un jour, appliquez une solution de glucose à 10%. Après cela, des tests de contrôle du sang prélevé du talon du nouveau-né directement sur la bandelette réactive sont effectués.

    De plus, l'enfant reçoit une boisson sous la forme d'une solution de glucose ou est ajoutée au mélange de lait. Si ces procédures n'apportent pas l'effet souhaité, appliquez un traitement hormonal aux glucocorticoïdes. Il est également important d'identifier la cause de l'hypoglycémie, cela permet de trouver des méthodes efficaces pour son élimination.

    Hypoglycémie chez les bébés

    La teneur en glucose des enfants dans le sang à la naissance présente des écarts. Les prématurés constituent le groupe de risque le plus important parmi les nourrissons. Moins le foetus a de semaines, plus il n'est pas prêt pour une vie autonome. Les faibles taux de sucre indiquent non seulement la présence d'hypoglycémie, mais également des complications plus graves. Si le taux de glucose chez le nouveau-né est inférieur à 2,2 mmol / l, c'est un signe alarmant pour les médecins et les parents.

    Les acides gras libres sont utilisés comme carburant dans le foie, le cœur et les muscles squelettiques, ou deviennent le foie dans les lipoprotéines de très faible densité. Certains rapports ont montré une diminution de la tolérance aux émulsions de lipides intraveineux chez les jeunes enfants à partir de l'âge gestationnel et les nouveau-nés de moins de 32 semaines de gestation. Ceci est généralement réalisé en fournissant des lipides dans les 24 heures. Une fenêtre «sans lipides» n'est pas nécessaire, durant laquelle ces nutriments ne sont pas administrés pour purifier les lipides sanguins.

    Les deux contiennent la même quantité d'émulsifiant phospholipidique de jaune d'œuf et de glycérine. Cependant, chacun d'entre eux contient plus de phospholipides qu'il n'en faut pour l'émulsification des triglycérides, l'excès se transforme en mauvaises particules en triglycérides à bicouches de phospholipides et est appelé liposomes. Pour une dose donnée de triglycérides, il est nécessaire d’injecter deux fois le volume de l’émulsion à 10% contre 20%. Par conséquent, pour une quantité fixe de triglycérides, une émulsion à 10% au moins double et éventuellement jusqu’à quatre fois plus de liposomes qu’une émulsion à 20%.

    Les nouveau-nés atteints d'hypoglycémie non reconnue ou prononcée ne survivent souvent pas à l'accouchement. C’est l’une des causes les plus courantes de mortalité infantile. Avec le bon diagnostic, l'enfant doit immédiatement recevoir un traitement. Mais même si l'enfant a été aidé à temps et a survécu, les conséquences peuvent être amères. Certains de ces bébés sont atteints de paralysie cérébrale. Parallèlement à cette maladie, il est parfois accompagné d'un retard mental et d'un sous-développement, ce qui peut être envisagé beaucoup plus tard. C'est un diagnostic difficile, à la fois pour l'enfant et pour toute sa famille. Il faudra un traitement à long terme, en utilisant les techniques les plus modernes.

    Il a été démontré qu'une émulsion à 10% était associée à des concentrations plasmatiques de triglycérides plus élevées et à une accumulation de cholestérol et de phospholipides dans le sang de bébés prématurés, possiblement en raison de taux plus élevés de phospholipides. On pense que les liposomes phospholipidiques en excès dans une émulsion à 10% entrent en compétition avec les particules riches en triglycérides pour se lier aux sites lipase, ce qui entraîne une hydrolyse lente des triglycérides. Récemment, des émulsions lipidiques à 10% sont disponibles avec la moitié de l'émulsifiant phospholipidique précédemment utilisé.

    Dans l'étude sur les prématurés, ils ont été bien tolérés, sans augmentation pathologique de la concentration en triglycérides ni en cholestérol sérique. Des émulsions lipidiques intraveineuses ont été rapportées, notamment le remplacement de la bilirubine indirecte à partir des sites de liaison à l'albimine, ce qui augmente le risque de développement de noyaux, la suppression du système immunitaire, l'infection par des staphylocoques à coagulase négative et la mycose, une thrombocytopénie et une accumulation de lipides chez les macrophages et les alvéoles. échange de gaz pulmonaire.

    En vieillissant, la glycémie chez les nourrissons devrait être conforme à la norme généralement acceptée pour les adultes. En cas d'écart par rapport aux limites attendues de 3,1 à 5,5 mmol / l, il est nécessaire de réaliser d'urgence un diagnostic et un examen du bébé afin d'identifier les raisons de la détérioration des tests. Plus tôt le sang sera examiné pour la teneur en sucre du nouveau-né et, si nécessaire, un traitement intensif et l'introduction de la perfusion intraveineuse de glucose, plus l'espoir sera que le bébé soit sauvé.

    Avec l'introduction de lipides chez les nouveau-nés présentant une hyperbilirubinémie, il est proposé de surveiller attentivement les triglycérides plasmatiques. Les infections lipidiques peuvent avoir un effet positif. La co-administration d'une émulsion lipidique a un effet bénéfique sur l'endothélium vasculaire des veines périphériques, ce qui entraîne une plus longue période de perméabilité veineuse. Par conséquent, la veinose lipidique peut augmenter l'effet de la photothérapie et constituer un complément utile. La suppression de la fonction immunitaire et l’augmentation du risque de septicémie sont généralement associées à l’utilisation d’émulsions lipidiques par voie intraveineuse.

    Hypoglycémie néonatale

    Après la naissance du bébé, ses besoins en énergie sont initialement couverts par le glucose maternel, qui a été préservé dans la veine ombilicale, et par le glucose, résultant de la glycogénolyse. Cependant, les réserves de glycogène s'épuisent rapidement et tous les nouveau-nés de la première ou de la deuxième heure de la vie subissent une chute de la glycémie.

    Son contenu le plus bas tombe sur les 30 à 90 premières minutes. Chez les nourrissons nés à terme et en bonne santé qui reçoivent une alimentation entérale au cours des quatre premières heures de vie, une augmentation progressive de la glycémie commence à 2 heures et atteint en moyenne plus de 2,2 mmol / l à la 4e heure et plus de 2 à la fin du premier jour. 5 mmol / l.

    Il convient de noter que les nouveau-nés, y compris les prématurés, sont capables de produire et d’utiliser activement le glucose et que sa formation peut être assez intense.

    Cependant, en général, la régulation de la glycémie au cours de la première semaine de vie n'est pas encore stable, ce qui se manifeste par ses différences d'une hypoglycémie à une hyperglycémie transitoire.

    L'hypoglycémie du nouveau-né peut affecter le cerveau (de la modification focale à diffuse). Les critères permettant de la déterminer revêtent donc une grande importance pratique.

    Actuellement, la plupart des néonatologistes estiment que le critère d'hypoglycémie chez les nouveau-nés devrait être considéré comme une diminution de la glycémie inférieure à 2 mmol / l au cours des deux ou trois premières heures de la vie et à moins de 2,22 mmol / l plus tard. Cet indicateur s'applique également aux bébés prématurés et à terme.

    Selon la caractéristique pathogénétique, l'hypoglycémie du nouveau-né est divisée en transitoire et persistante. Les premiers ont généralement un caractère à court terme et sont généralement limités aux premiers jours de la vie. Après correction, ils ne nécessitent pas de traitement préventif prolongé et leurs causes n’affectent pas les processus sous-jacents du métabolisme des glucides.

    L'hypoglycémie persistante du nouveau-né repose sur des anomalies congénitales, accompagnées de désordres organiques liés aux glucides ou à d'autres types de métabolisme et nécessitant un traitement de soutien au glucose à long terme. Cette forme d'hypoglycémie est l'un des symptômes de l'autre maladie, la maladie principale, et ne devrait pas être identifiée à l'hypoglycémie du nouveau-né, quel que soit le jour de sa vie.

    Raisonshypoglycémie transitoire chez le nouveau-né sont classiquement divisés en trois groupes.

    Le premier groupe comprend des facteurs qui affectent le métabolisme des glucides d'une femme enceinte: diabète de la mère insulino-dépendant ou prise d'une femme enceinte peu de temps avant la naissance d'une grande quantité de glucose.

    Le deuxième groupe comprend les problèmes purement néonataux: hypotrophie intra-utérine du fœtus, asphyxie pendant le travail, refroidissement, infection et adaptation insuffisante à la vie extra-utérine.

    Le troisième groupe comprend les causes iatrogènes: arrêt brutal de la perfusion prolongée, contenant une grande quantité de solution de glucose, administration intraveineuse d'indométacine pour le canal artériel ouvert et utilisation de l'insuline à action prolongée dans le traitement du diabète sucré congénital.

    L'hypotrophie intra-utérine est la cause la plus fréquente d'hypoglycémie transitoire. Sa genèse est due à l'épuisement rapide des réserves de glycogène. Un traitement par perfusion plus long est indiqué chez ces patients.

    Il existe des formes intermédiaires dans lesquelles l'hypoglycémie transitoire du nouveau-né et l'hypoglycémie persistante associée à des anomalies congénitales, dans lesquelles une hypoglycémie prolongée et persistante est notée, avec l'une (trônes non liés à des anomalies congénitales et non causées par un hyperinsulinisme transitoire, et sur l'autre - nécessitant une normalisation du contenu Lorsque le traitement par perfusion est utilisé, le taux de glucose dans le sang est très élevé (plus de 12-15%). Pour normaliser le métabolisme des glucides chez ces enfants, il faut suivre un cycle de 10 jours. solu-cortef.

    Symptômes d'hypoglycémie chez le nouveau-né

    Chez le nouveau-né, il existe deux formes d'hypoglycémie: symptomatique et asymptomatique. Ce dernier ne se manifeste que par une diminution de la glycémie.

    Les manifestations cliniques de l’hypoglycémie symptomatique doivent être considérées comme une attaque qui ne disparaît pas avec plusieurs symptômes et ne nécessite pas en soi une administration intraveineuse de glucose par voie orale ni une connexion alimentaire en temps voulu.

    Les symptômes observés avec l'hypoglycémie ne sont pas spécifiques, ils peuvent être divisés en deux catégories: somatique (essoufflement, tachycardie) et neurologique. Ces derniers forment deux groupes de pôles opposés.

    Le premier groupe comprend les signes d'excitation du système nerveux central (irritabilité, tremblements, tremblements, convulsions, nystagmus), le second - symptômes de dépression (hypotension musculaire, hypodynamie, léthargie générale, épisodes d'apnée ou de cyanose, perte de conscience).

    La manifestation la plus élevée d'une crise d'hypoglycémie dans le premier groupe de symptômes est constituée de convulsions, dans le second coma.

    L’hypoglycémie symptomatique du nouveau-né peut se développer progressivement et s’effacer, sans manifestations évidentes, ou bien constituer une attaque aiguë avec une apparition soudaine et rapide. Les manifestations cliniques de l'hypoglycémie dépendent du taux de diminution de la teneur en glucose et de la baisse de son niveau. Plus ces changements sont prononcés, plus l'image est claire.

    À cet égard, le développement d'une attaque hypoglycémique chez le nouveau-né dans le contexte de l'action de l'insuline prolongée dans le traitement du diabète sucré congénital: développement soudain, hypotension musculaire générale, faiblesse, perte de conscience, coma est très illustratif.

    Le décompte se poursuit en secondes-minutes, et la même réponse rapide à l'injection de solution de glucose par injection intraveineuse.

    Bien entendu, les manifestations cliniques de l'hypoglycémie chez les nouveau-nés contre l'introduction de l'insuline sont beaucoup plus brillantes, mais nous avons observé à peu près le même tableau dans une version un peu plus douce sans son utilisation.

    En règle générale, l'hypoglycémie transitoire symptomatique chez les nouveau-nés présentant un tableau clinique développé se présentant sous la forme d'une attaque prononcée au cours d'un traitement par une solution de glucose à 10% est rapidement arrêtée et ne reprend plus, et seuls des patients uniques peuvent présenter une ou plusieurs rechutes.

    Selon des auteurs étrangers, la forme asymptomatique est présente dans plus de la moitié des cas d'hypoglycémie transitoire chez le nouveau-né.

    Un pourcentage élevé d'hypoglycémies transitoires asymptomatiques chez le nouveau-né et un pronostic favorable de suivi chez ces enfants semblent refléter l'absence de corrélation claire entre la teneur en sucre sérique prélevée au talon et sa concentration dans les artères cérébrales et le LCR.

    Ces derniers déterminent la vraie saturation du cerveau en glucose. Augmentation des besoins du cerveau des nouveau-nés en glucose et de sa bonne digestibilité et redistribution de la concentration en sucre entre le cerveau et la périphérie.

    Le diagnostic de l'hypoglycémie symptomatique chez les nouveau-nés présentant des manifestations bénignes peut présenter certaines difficultés, car les symptômes qui la caractérisent ne sont pas spécifiques et peuvent également se produire dans d'autres pathologies, y compris celles concomitantes. Pour le vérifier, deux conditions sont nécessaires: la teneur en glucose est inférieure à 2,2-2,5 mmol / l et la disparition des symptômes, considérés comme «hypoglycémiques», après l'administration de glucose par voie intraveineuse.

    Prévisions

    L'hypoglycémie symptomatique chez le nouveau-né peut entraîner diverses lésions cérébrales. Dans le même temps, la nature de l'attaque (convulsions, syndrome de dépression), sa durée et sa répétabilité importent. La combinaison de ces facteurs rend le pronostic plus grave.

    Les enfants à risque de développer une hypoglycémie transitoire chez le nouveau-né doivent recevoir une perfusion prophylactique de glucose par voie intraveineuse dès les premières heures de la vie, qu’ils aient ou non subi un test de glycémie.

    Les groupes à risque sont:

    • les nouveau-nés souffrant d'hypotrophie,
    • les bébés de mères atteintes de diabète de type 1,
    • les enfants sont grands pour leur âge gestationnel ou ont un poids à la naissance supérieur à 4 kg,
    • les enfants qui ne peuvent pas recevoir de nutrition entérale.

    En cas de perfusion à l'aveugle, la concentration de glucose dans celle-ci ne doit pas dépasser 4 à 5 mg / (kg-min), soit 2,5 à 3 ml / kg / h pour une solution de glucose à 2,5%. D'autres tactiques dépendent de la teneur en glucose.

    En cas d'hypoglycémie asymptomatique, les prématurés doivent recevoir un traitement par perfusion avec une solution de glucose à 10% de 4 à 6 ml / kg / h.

    En cas d'hypoglycémie symptomatique, une solution de glucose à 10% est administrée à raison de 2 ml / kg par minute, puis à une vitesse de 6-8 mg / kg / min.

    Le traitement de l'hypoglycémie asymptomatique et en particulier symptomatique du nouveau-né doit être effectué sous contrôle de la teneur en sucre au moins 3 fois par jour. Après avoir atteint un taux de sucre compris entre 3,5 et 4 mmol / l, le débit de perfusion diminue progressivement et, une fois stabilisé à ces valeurs, l'injection est complètement arrêtée.

    L'absence d'effet du traitement soulève des doutes quant à la présence d'une hypoglycémie transitoire normale chez les nouveau-nés. Ces enfants ont besoin d'un examen supplémentaire pour écarter les anomalies congénitales associées à une hypoglycémie secondaire.

    Causes, effets et traitement de l'hypo et de l'hyperglycémie chez le nouveau-né

    L'hypoglycémie chez les nouveau-nés est une affection plutôt rare, à moins que nous ne parlions d'une catégorie transitoire de cette pathologie.

    La plupart des femmes enceintes ne considèrent pas que baisser ou augmenter le taux de glucose à des élévations critiques comporte un grand danger pour le développement du bébé.

    Toutefois, les problèmes peuvent être évités si vous connaissez les symptômes de l'hypoglycémie chez l'adulte et le nouveau-né. Il est important de savoir quelles mesures sont utilisées pour normaliser la maladie.

    Effet de la grossesse sur la glycémie

    Toute maman pendant la grossesse pense certainement à la santé du bébé. Cependant, elle ne fait pas toujours attention à la dépendance du fœtus à sa propre condition.

    En raison d'une prise de poids excessive, une femme peut créer des complexes et refuser de manger ou de suivre un régime sans consulter un spécialiste. Dans ce cas, l'équilibre en glucides peut changer considérablement.

    Les hormones féminines pendant la grossesse subissent de profonds changements, par exemple, le pancréas commence à produire plus d'insuline sous l'influence d'œstrogènes et de prolactine, tandis que les personnes éloignées de maladies telles que le diabète ne comprennent pas toujours que la glycémie baisse inexorablement.

    Dans les cas graves, s'il existe un risque de développer une affection telle que l'hypoglycémie chez la femme enceinte, tous les organes internes en souffriront, le risque de menace pour l'état physique et mental du fœtus mais également de la mère est élevé.

    Ou inversement, à cause du désir constant de manger quelque chose d'inhabituel, maman prend du poids et transforme seule l'équilibre en hormones, provoquant ainsi le développement du diabète. De plus, comme dans le premier cas, il n’est pas toujours possible de remarquer une augmentation du taux de sucre - l’hyperglycémie pendant la grossesse est également dangereuse.

    Mais l'enfant développe et reçoit toutes les substances nécessaires de la part de sa mère, une surabondance ou un manque de glucose peut nuire à sa santé. Puisqu'il ne peut pas contrôler le niveau de sucre par les hormones pancréatiques par lui-même.

    L'hyperglycémie chez la femme enceinte peut entraîner une hyperglycémie chez le nouveau-né et le développement d'un diabète chez le nouveau-né.

    C'est pourquoi il est si important de contrôler le régime alimentaire de la future mère, de contrôler le niveau de sucre, en particulier si elle a déjà reçu un diagnostic de diabète ou s'il est probable que d'autres processus métaboliques se produisent.

    Vous devez également écouter l'état de votre corps, en remarquant une fatigue excessive, une soif constante, vous devez consulter un médecin qui mène une grossesse.

    Seulement né - déjà des problèmes

    Les problèmes de glycémie chez les nouveau-nés en bonne santé sont moins fréquents. L'hyperglycémie chez les nouveau-nés ou l'hypoglycémie concerne généralement les prématurés de faible poids à la naissance.

    Il faut tenir compte du fait qu’il existe une hypoglycémie transitoire du nouveau-né (qui est transitoire) - un état normal au cours des premières heures de la vie d’un enfant.

    Puisque le corps n'a pas encore développé son propre glucose, il utilise dans les premières minutes de sa vie la réserve accumulée dans le foie. Lorsque l'approvisionnement est terminé et que l'alimentation est retardée, la carence en sucre se développe. D'habitude, dans quelques heures ou quelques jours, tout revient à la normale.

    Immédiatement visible quand le glucose ne suffit pas

    Un nouveau-né prématuré est plus susceptible de développer une hypoglycémie, avec plusieurs signes de cette maladie.

    Les symptômes pour lesquels une hypoglycémie peut être suspectée sont les suivants:

    • faible cri à la naissance,
    • réflexe de succion faible
    • régurgitation
    • cyanose
    • convulsions
    • apnée,
    • diminution du tonus des muscles oculaires,
    • mouvements incohérents des globes oculaires,
    • léthargie générale.

    Les symptômes hypoglycémiques incluent également une transpiration accrue avec une peau sèche, une pression artérielle élevée et des troubles du rythme cardiaque.

    Étant donné que les symptômes d'hypoglycémie peuvent ne pas apparaître tous, un prélèvement sanguin régulier pour le diagnostic est obligatoire, car ces signes peuvent également évoquer d'autres pathologies graves.

    Quelles sont les causes de la pathologie?

    Les facteurs de risque de maladie sont toujours pris en compte dans la gestion de toute grossesse et à la naissance.

    En cas de signes d'hypoglycémie, les spécialistes déterminent tout d'abord les causes du développement d'une pathologie dangereuse afin de choisir le traitement approprié en fonction des informations reçues.

    L'hypoglycémie se développe généralement pour les raisons suivantes:

    1. La présence de diabète chez la mère, ainsi que son utilisation de médicaments hormonaux. Il existe une hypoglycémie transitoire précoce, débutant entre 6 et 12 heures de la vie du nourrisson.
    2. Grossesse prématurée ou multiple avec une masse d’enfants jusqu’à 1500 g Peut survenir dans les 12 à 48 heures. Le plus dangereux est la naissance d'un bébé à la 32ème semaine de grossesse.
    3. Problèmes à la naissance (asphyxie, lésion cérébrale, hémorragie). Une hypoglycémie peut survenir à tout moment.
    4. Problèmes liés au fond hormonal de l'enfant (dysfonctionnement surrénalien, hyperinsulisme, tumeurs, altération de la synthèse des protéines et des glucides). Habituellement, le niveau de sucre baisse une semaine plus tard, après la naissance.

    Chez les enfants à risque, le sang à analyser est prélevé toutes les 3 heures au cours des 2 premiers jours de la vie, puis le nombre d’échantillons sanguins est réduit, mais le taux de sucre est surveillé pendant au moins 7 jours.

    Condition de normalisation

    Généralement, aucune manipulation thérapeutique n'est requise, mais dans les situations critiques, lorsqu'un manque de glucose peut entraîner des troubles du système nerveux, une aide d'urgence est requise.

    Si l'état ne revient pas à la normale après quelques jours, nous parlons déjà non pas d'hypoglycémie chronique, héréditaire ou innée, due à un accouchement grave avec traumatisme.

    Si, selon les articles de l'AARP (American Academy of Pediatrics), l'hypoglycémie des nouveau-nés est transitoire et ne présente aucun signe évident qui gêne la vie, le traitement appliqué donne le même résultat que l'absence de traitement.

    Selon les mesures thérapeutiques établies par l'OMS, il est nécessaire que le nouveau-né reçoive régulièrement la quantité de nutrition requise, quel que soit le traitement par des médicaments contenant du glucose.

    Dans le même temps, si l'enfant régurgite constamment ou n'a pas de réflexe de succion, appliquez l'alimentation à l'aide d'une sonde.

    Dans ce cas, le nouveau-né peut être nourri à la fois avec le lait maternel et le mélange.

    Lorsque les indicateurs de niveau de sucre sont inférieurs à la norme critique, l'administration intramusculaire ou intraveineuse de médicaments est utilisée pour augmenter le taux de sucre.

    Dans ce cas, initialement, la quantité de glucose minimale possible est utilisée par voie intraveineuse au débit de perfusion minimal; si cet effet n'est pas observé, le débit augmente.

    Les préparations individuelles et leurs dosages sont sélectionnés pour chaque enfant. Si le glucose intraveineux ne donne pas le résultat souhaité, un traitement par corticostéroïdes est administré.

    De plus, si la normoglycémie n’est pas établie pendant longtemps, l’enfant ne quitte pas le service de néonatologie, des tests supplémentaires sont effectués et le traitement nécessaire est sélectionné.

    La glycémie normale est établie si le taux de glucose ne change pas pendant 72 heures sans utilisation de médicaments.

    Attention! Danger!

    L'hypoglycémie transitoire chez le nouveau-né n'a généralement pas de conséquences dangereuses pour l'organisme et passe rapidement.

    Une hypoglycémie persistante pendant la grossesse et immédiatement après la naissance peut alors sérieusement affecter le développement physique, mental et mental des enfants.

    Des taux de sucre dans le sang généralement bas sur le plan pathologique peuvent avoir les conséquences suivantes:

    • retard mental
    • tumeurs cérébrales
    • développement de crises d'épilepsie,
    • développement de la maladie de Parkinson.

    En outre, la mort est la chose la plus dangereuse pouvant entraîner une chute de sucre.

    La grossesse est une période merveilleuse de la vie et l’occasion de donner à l’enfant tous les éléments utiles nécessaires, tout en le protégeant des dangers.

    Il en va de même pour la prévention de l'hypoglycémie ou le maintien de l'état nécessaire de la mère et du fœtus pendant la grossesse et le nouveau-né.

    Poser une question à l'auteur dans les commentaires

    Hypoglycémie néonatale

    L'hypoglycémie des nouveau-nés est un phénomène très dangereux. Qu'il soit considéré comme l'une des causes les plus courantes de troubles graves du système nerveux central, ainsi que de la mortalité infantile. Heureusement, cela se produit assez rarement - la médecine enregistre 1 à 3 cas pour 1 000 nouveau-nés.

    Vous devez savoir que le problème peut être prévenu ou reconnu à temps dès le début - alors le processus de traitement de l'hypoglycémie sera plus rapide et plus efficace.

    Qu'est-ce que l'hypoglycémie néonatale?

    En parlant d’hypoglycémie néonatale, on parle d’un niveau insuffisant de glucose sérique et de plasma. En chiffres, cette situation est décrite par les indicateurs suivants: 2,2 mmol / l et 2,5 mmol / l, respectivement.

    L'hypoglycémie est temporaire et permanente. L'hypoglycémie temporaire est diagnostiquée à la maternité, car elle se développe dans les 6 à 10 heures suivant la naissance de l'enfant. Dans ce cas, la prévision est la plus favorable - le problème disparaît rapidement. Sans laisser de trace sous forme de troubles neurologiques.

    Le plus souvent, les bébés prématurés sont exposés à cette maladie. Parmi les autres facteurs de risque, il convient de souligner les problèmes suivants.

    • Violation du métabolisme glucidique chez la mère,
    • Femmes diabétiques
    • Autres difficultés de gestation,
    • Problème de livraison,
    • Hyperinsulinisme,
    • Violation des glandes surrénales chez un nourrisson,
    • Pathologies reçues par l'enfant par héritage.

    Le diagnostic d'hypoglycémie met uniquement un médecin sur la base d'un test de laboratoire. Les premiers tests sur un nouveau-né à risque incluent nécessairement du sang pour ce test. Ils sont pris dans la première heure après la naissance, puis deux autres jours toutes les 3 heures.Pour dissiper tous les doutes, le petit patient reste sous observation pendant deux jours supplémentaires, au cours desquels l'analyse est effectuée toutes les 6 heures.

    Symptômes et traitement de l'hypoglycémie néonatale

    Le diagnostic préliminaire d'hypoglycémie chez le nouveau-né peut être réalisé sans test. Les symptômes de la maladie comprennent les manifestations suivantes.

    • Chez un enfant, le tonus des muscles oculaires diminue, le réflexe néonatal oculocéphalique disparaît, les yeux bougent en cercle sur une trajectoire flottante.
    • L'enfant se sent faible et refuse même de manger. Suce faiblement en mangeant et en éructant. Un enfant devient irritable, nerveux, léthargique ou, au contraire, trop agité. Il y a des pleurs et des tremblements musculaires à haute fréquence sans émotion.
    • La température corporelle de l'enfant devient instable, l'enfant pâlit et transpire sans raison. Une hypotension artérielle et une tendance à l'hypothermie sont également notées.

    Si le traitement n'est pas commencé ou ne donne pas l'effet désiré, les symptômes sont aggravés. Un enfant peut tomber dans un état de stupeur, il se produit une dépression de conscience, des signes de tachycardie, une cyanose, une apnée, etc. se développent.

    Le traitement de l'hypoglycémie chez le nouveau-né consiste en une perfusion intraveineuse de glucose. Chaque cas nécessite une approche individuelle et le schéma d'injection est composé d'un spécialiste étroitement impliqué dans un petit patient.

    Si le processus est normal, la récupération ne prend pas beaucoup de temps - après 2-3 jours, la perfusion de glucose est sûrement réduite. Si le corps de l'enfant est insensible à un tel traitement, utilisez de l'hydrocartisone.

    Pratiquez également des repas fréquents avec un mélange augmentant le niveau de saturation en glucides.

    Le traitement des nouveau-nés dans la zone à haut risque est effectué à titre préventif.

    Hypoglycémie chez les enfants et les nouveau-nés causes et symptômes d'un syndrome ou d'une attaque

    Hypoglycémie chez les enfants - État caractérisé par une glycémie basse ou une glycémie anormalement basse. L'hypoglycémie chez les nouveau-nés peut être l'un des types de réactions physiologiques du corps à un changement stressant des conditions environnementales.

    L'hypoglycémie dans la terminologie médicale, également appelée choc insulinique, est une réaction du corps provoquée par un taux de glucose sanguin anormalement bas (inférieur à 4 mmol / l). Le syndrome d'hypoglycémie survient chez les enfants atteints de diabète de type 1, mais dans certains cas, il peut se produire chez les enfants et les adolescents atteints de diabète de type 2.

    Plus communément diagnostiqué chez les patients prenant des sulfonylurées. Une attaque d'hypoglycémie peut suffisamment favoriser l'apparition d'un régime alimentaire inadéquat, d'une dose d'insuline inadéquate, de maladies associées ou d'une activité mentale et physique grave sans compensation des coûts énergétiques. Si ce n'est pas arrêté, cela peut entraîner une perte de conscience.

    Dans de très rares cas, le coma peut se développer.

    Un enfant hypoglycémique peut rapidement devenir irritable, transpirer, trembler et se plaindre d'avoir très faim. Dans la plupart des cas, la consommation de glucides à action rapide (par exemple, du jus ou des pastilles) corrige la situation.

    Le glucose peut également être utilisé sous forme de comprimés ou de solution. Un enfant qui a perdu connaissance à la suite d'une crise d'hypoglycémie reviendra rapidement à la normale après une injection de glucose par voie intraveineuse.

    Cela aidera à ramener rapidement la glycémie à la normale.

    Hypoglycémie réactive chez les enfants

    Un type rare de ce syndrome, appelé hypoglycémie réactive chez les enfants, peut survenir chez les personnes non diabétiques. En cas d'hypoglycémie réactive, la glycémie chute à 3,5 mmol / l environ quatre heures après le dernier repas, ce qui entraîne les mêmes symptômes d'hypoglycémie que peuvent rencontrer les diabétiques.

    Aussi souvent manifesté hypoglycémie sur un estomac vide. Il s'agit d'une affection dans laquelle le taux de sucre dans le sang est compris entre 3,5 et 4,0 mmol / l le matin après le réveil ou entre les repas. Certains médicaments et manipulations médicales peuvent causer le syndrome d'hypoglycémie chez les enfants non atteints de diabète.

    L'hypoglycémie est beaucoup plus fréquente chez les enfants diabétiques chez les patients atteints de diabète de type 1 (aussi appelé diabète insulino-dépendant ou diabète juvénile) que chez les patients atteints de diabète de type 2 (auparavant classés dans la catégorie des diabètes adultes).

    Hypoglycémie et causes

    Les causes de l'hypoglycémie sont cachées dans les mécanismes régulant le métabolisme des glucides et de l'énergie dans le corps humain. En cas de libération excessive d'insuline dans le sang d'un enfant, une crise d'hypoglycémie peut être déclenchée, quelle que soit sa prédisposition au développement du diabète.

    Une hypoglycémie chez les enfants et les adolescents atteints de diabète sucré peut être provoquée par une injection excessive d’insuline.

    Un effort physique et mental excessif sans apport alimentaire adéquat, certains médicaments, le saut de repas et la consommation d'alcool peuvent contribuer au développement d'une attaque.

    L'hypoglycémie dans le diabète sucré est un événement fréquent avec lequel le patient doit être capable de faire face à l'heure de manière indépendante.

    L'hypoglycémie réactionnelle peut être causée par un trouble enzymatique après un pontage gastrique.

    Les causes de l'hypoglycémie chez les enfants non diabétiques peuvent être des tumeurs produisant de l'insuline, certains troubles hormonaux, des médicaments (y compris les sulfamides et de fortes doses d'aspirine) et des maladies somatiques graves. Les épisodes d'hypoglycémie non motivés sont plus fréquents chez les enfants âgés de 10 ans.

    Hypoglycémie et ses symptômes

    Les parents doivent se rappeler que tous les symptômes de l'hypoglycémie ne peuvent être reconnus sans un test sanguin détaillé. Méfiez-vous des changements dans le comportement et les habitudes alimentaires de votre enfant. Surtout si vous suspectez une violation de la tolérance au glucose. Les symptômes de l'hypoglycémie peuvent inclure:

    • instabilité de la démarche,
    • nervosité et irritabilité
    • vertiges et somnolence,
    • transpiration excessive
    • confusion de la parole, incapacité à prononcer des mots et des lettres individuels,
    • se sentir fatigué et apathique,
    • sensation de faim
    • anxiété

    Hypoglycémie dans le diabète sucré: quand consulter un médecin

    L’hypoglycémie liée au diabète sucré est due à un excès d’insuline et à une carence en glucose dans le sang de bébé. Les enfants qui souffrent d’hypoglycémies fréquentes doivent être signalés à leur médecin dès que possible. Il peut être nécessaire d’ajuster l’insuline, la posologie du médicament ou d’autres modifications du schéma thérapeutique actuel.

    Si un enfant ou un adolescent diabétique commence à montrer une glycémie basse sans aucun effet secondaire, cela peut passer complètement inaperçu. Cependant, le médecin doit être informé de tout changement dans l'état de l'enfant malade. Le manque de soins médicaux rapides en cas de syndrome d'hypoglycémie peut entraîner une perte de conscience.

    Causes de l'hypoglycémie

    L'hypoglycémie chez les nouveau-nés peut survenir de manière permanente ou occasionnelle.

    Les causes de l'hypoglycémie, qui se manifeste périodiquement, comprennent:

    • substrat inadéquat
    • la fonction immature des enzymes, ce qui peut entraîner une insuffisance de l'accumulation de glycogène.

    Une hypoglycémie persistante peut survenir pour les raisons suivantes:

    • hyperinsulinisme chez un enfant
    • violation de la production d'hormones
    • troubles métaboliques héréditaires.

    L'hypoglycémie chez les nouveau-nés peut survenir en raison de l'interruption soudaine des perfusions intraveineuses de solutions aqueuses de glucose. Cela peut également être une conséquence d'une position incorrecte du cathéter ou d'une septicémie ombilicale.

    L'hypoglycémie chez le nouveau-né peut être le symptôme d'une maladie ou d'une pathologie grave:

    • la septicémie,
    • l'hypothermie,
    • polyglobulie
    • hépatite fulminante,
    • maladie cardiaque cyanotique,
    • épanchement intracrânien.

    L'hyperinsulinisme survient souvent pour ces raisons:

    • future mère a reçu un traitement médicamenteux,
    • le bébé est né d'une femme atteinte de diabète,
    • polyglobulie trouvée chez l'enfant,
    • maladie congénitale.

    En outre, l'hypoglycémie peut entraîner des troubles hormonaux dans le corps des nouveau-nés.

    Symptômes de la maladie chez les jeunes enfants

    Malheureusement, il n'y a aucun symptôme de cet état pathologique. Certains des signes peuvent être des convulsions, une apnée et une bradycardie.

    Si un bébé souffre d'hypoglycémie grave, il ne présentera aucun symptôme. Il est donc nécessaire de mesurer le niveau d'HA et de porter une attention particulière aux signes suivants:

    • bébé tète très peu le sein ou le biberon,
    • le bébé est agité et transpire beaucoup
    • les convulsions cérébrales inquiètent le bébé
    • la tension artérielle de votre bébé augmente et une tachycardie se produit,
    • l'enfant peut soudainement commencer à pleurer fort.

    Commentaires et commentaires

    Je suis atteint de diabète de type 2 - insulino-indépendant. Un ami m'a conseillé de réduire le taux de sucre dans le sang avec DiabeNot. Commandé par Internet. Commencez la réception. Je suis un régime laxiste, j'ai commencé à marcher 2-3 km à pied chaque matin. Au cours des deux dernières semaines, j'ai constaté une diminution régulière du taux de sucre au mètre le matin avant le petit-déjeuner de 9h à 19h et hier même à 6,1! Je continue le cours préventif. À propos des réalisations accomplissent votre objectif.

    Les concentrations en série de triglycérides doivent être évaluées au cours du développement d'une émulsion lipidique, puis toutes les semaines. Les nouveau-nés recevant une nutrition parentérale doivent être contrôlés du point de vue métabolique en raison de perturbations de l'équilibre des liquides et des électrolytes, de l'homéostasie du glucose, de la fonction hépatique et de l'équilibre acido-basique. L'intolérance aux graisses peut simplement être testée le lendemain pour l'introduction d'Intralipid, avec la pratique du micro-hématocrate dans un tube capillaire, en observant le surnageant du sérum après centrifugation de l'échantillon.

    Pour un fonctionnement normal et sain, les cellules du corps devraient recevoir une certaine quantité de sucre et de glucose. Si les adultes reçoivent la dose nécessaire des aliments, les nouveau-nés du lait maternel, le régime alimentaire du bébé doit donc être surveillé de près, en particulier lorsque la mère est diabétique. Dans ce cas, le corps produira une quantité excessive d'insuline, ce qui contribue à réduire le taux de sucre.

    Si le surnageant a un aspect laiteux, aucune autre dose d’Intralipid ne peut être administrée ce jour-là. Si elle a une couleur jaune cristalline, vous pouvez entrer la dose recommandée pour ce jour-là. Logiquement, l’idéal est de pratiquer les taux d’acides gras libres, de triglycérides et de cholestérol dans le sang.

    Ne quittez pas le nouveau-né rapidement. Ne commencez pas l'administration orale trop tôt. Utilisez une sonde nasogastrique chez tous les nouveau-nés de moins de 32 semaines d'âge gestationnel. Ne pas augmenter le montant excessivement. Un enfant dont le rythme respiratoire dépasse 60 par minute ou qui est en hypothermie ne peut pas être oral.

    Causes de la faible teneur en sucre chez un nouveau-né:

    • Naissance prématurée.
    • Hypotrophie fœtale du fœtus.
    • La mère a le diabète.
    • Naissance, accompagnée d'asphyxie de l'enfant.
    • Transfusion sanguine
    • Hypothermie ou infection dans le corps du bébé.
    • Quantité de nourriture insuffisante, à jeun, intervalles prolongés entre l'allaitement.
    • Augmentation du contenu des corps cétoniques.

    Les symptômes de cette maladie chez le nouveau-né sont absents, mais se manifestent parfois par les symptômes suivants:

    Ne donnez pas d'aliments oraux à un nouveau-né ayant des antécédents d'hydromnios maternel ou présentant un excès de mucus jusqu'à ce que la sonde soit livrée à l'estomac et qu'aucune étude radiologique ne soit réalisée. Gardez une trace de la consommation en liquide et en calories.

    Chez les nourrissons présentant un risque d'entérocolite nécrosante, effectuez un test visant à réduire le taux de sucre dans les matières fécales au moins une fois par jour, surtout si le patient a commencé la bouche. Essayez de garder le nouveau-né dans l'incision ventrale ou latérale pendant la tétée, car cela accélère la vidange gastrique et réduit le risque de régurgitation et d'aspiration.

    • Circulation sanguine perturbée.
    • Pathologie neurologique de la genèse centrale (détectée lors d'examens médicaux).
    • Tremblement involontaire des membres ou des doigts.
    • Avoir froid, frissonner.
    • Transpiration excessive.
    • Coloration de la peau et des muqueuses en bleu.
    • Arrêtez les mouvements qui caractérisent la respiration pendant une longue période - de 10 à 30 secondes.
    • Une réduction de la fréquence cardiaque inférieure à 100 battements par minute.
    • Troubles respiratoires. Manifeste des échecs entre un soupir et une expiration.
    • Basse température corporelle, en raison de laquelle le corps du nouveau-né ne peut pas supporter des processus métaboliques sains.

    De telles manifestations ne sont pas de nature individuelle et se rencontrent en conjonction avec les autres. Par conséquent, après avoir constaté le moindre symptôme, vous devez faire appel à un médecin. L'un des signes d'hypoglycémie chez le nouveau-né est une respiration superficielle rapide. Pour contrôler la glycémie à la maison, il est recommandé d'utiliser des glucomètres spéciaux, qui mesurent la glycémie et fournissent un résultat pendant une minute.

    Consultez toujours l’infirmière avant d’augmenter le volume ou de changer de méthode de classement. Apprenez à la mère à nourrir ou à nourrir le bébé. Ne lui demandez jamais de faire quelque chose de similaire qu'il n'est pas capable de faire. Le poids à la naissance est utilisé pour calculer le revenu avant la récupération du poids à la naissance.

    Les émulsions lipidiques à 10% doivent être évitées en raison d'une mauvaise tolérance. Il est nécessaire d’évaluer le taux de triglycérides dans le sérum avant le début de la première perfusion de lipides, lors de l’administration de ces dernières, puis toutes les semaines. Le schéma d'hydratation de base et la nutrition parentérale proposée.

    Les enfants nés de mères atteintes de diabète présentent les premiers signes et symptômes de la maladie dans les premières heures, et ceux nés de mères en bonne santé - dans les trois jours.

    Il n’est pas toujours possible de diagnostiquer à temps le faible taux de sucre dans le sang d’un enfant, car les symptômes de l’hypoglycémie présentent certaines similitudes avec le syndrome de détresse respiratoire lorsqu’une insuffisance pulmonaire causée par un faible contenu du mélange enveloppant alvéolaire est accompagnée d’un essoufflement, d’une peau pâle et d’un sifflement respiratoire. Des symptômes similaires se produisent également avec une hémorragie intracrânienne.

    Causes, incidence et facteurs de risque

    Confirmer de manière fiable sa qualité. Après avoir amélioré l'article, supprimez ce modèle. Le pronostic est bon pour les nouveau-nés qui ne présentent aucun symptôme ou qui souffrent d'hypoglycémie s'améliorent avec le traitement. Cependant, l'hypoglycémie peut revenir chez un petit pourcentage de bébés après le traitement. Il est plus que probable que la maladie réapparaisse lorsque les nouveau-nés sont retirés par voie intraveineuse, avant d'être prêts à prendre la nourriture par la bouche. Causes de l'hypoglycémie persistante.

    Chez ces enfants, la glycolyse anaérobie consomme des dépôts de glycogène et une hypoglycémie peut survenir à tout moment au cours des premiers jours, surtout si l'intervalle entre les rations est retardé ou si l'apport nutritionnel est faible. Par conséquent, pour prévenir l'hypoglycémie, il est important de maintenir un apport constant de glucose exogène. L'hyperinsulinisme transitoire affecte, dans la plupart des cas, les enfants de mères diabétiques et est inversement proportionnel au degré de contrôle sur le diabète.Il est également fréquent chez les nouveau-nés présentant un stress physiologique et peu probable pour leur âge gestationnel.

    Qu'est-ce qui est difficile quand le nouveau-né a peu de sucre?

    Quand un nouveau-né a une faible teneur en sucre, qu'est-ce que cela signifie? Quelles sont les conséquences? Qu'est-ce qui menace la maladie? Les effets néfastes du sucre dans le corps du nouveau-né peuvent être diverses maladies, notamment la mort, par exemple des lésions des vaisseaux sanguins des jambes et des mains, une perte partielle ou totale de la vision, des maladies cardiovasculaires et la mort des cellules cérébrales saturées en glucose. Comme le nouveau-né a une faible teneur en sucre, il est difficile à diagnostiquer. Le développement ultérieur de la maladie peut entraîner les complications suivantes:

    L'hyperinsulinisme congénital, l'érythroblastose fœtale grave et le syndrome de Beckwith-Wiedemann sont des causes moins courantes. En règle générale, l'hyperinsulinémie entraîne une diminution rapide du taux de glucose sérique dans les 1-2 heures suivant la naissance, lorsqu'un apport continu en glucose est interrompu par le placenta.

    Enfin, l'hypoglycémie peut être associée à une mauvaise position du cathéter ombilical ou à une septicémie. Beaucoup de nouveau-nés restent asymptomatiques. Les signes adrénergiques sont la transpiration, la tachycardie, la léthargie ou une faiblesse et des tremblements. Il peut y avoir apathie, mauvaise nutrition, hypotension et tachypnée. Contrôle du glucose dans le lit du patient. . Tous les signes ne sont pas spécifiques et apparaissent également chez les nouveau-nés présentant une asphyxie, une septicémie ou une hypocalcémie, ou avec l'élimination des opiacés. Ainsi, chez les nouveau-nés présentant un risque accru, avec ou sans ces symptômes, un contrôle immédiat du taux de glucose sérique dans le lit du patient à partir d'un échantillon capillaire est nécessaire.

    • L'apparition de caillots de sang dans les vaisseaux.
    • Le développement de thrombophilie et de varices.
    • Violation de la circulation sanguine pouvant entraîner un métabolisme médiocre et une saturation insuffisante du corps en hormones essentielles et en vitamines.
    • Insuffisance organique en raison d'un manque aigu d'approvisionnement en sang.
    • Mort tissulaire
    • Impact sur l'intelligence, les processus de pensée et la mémoire. Parfois, le résultat de tels écarts peut être la paralysie cérébrale. L'inhibition des fonctions cognitives cesse avec la compensation rapide du taux de sucre dans le sang.
    • La défaite du système musculo-squelettique, qui peut par la suite conduire à une invalidité.

    Cependant, une prévention opportune et des mesures préventives aideront à éliminer les effets de l'hypoglycémie dès les premiers stades de son développement, car lorsque le nouveau-né a une glycémie basse, vous devez commencer le traitement à temps.

    Des concentrations anormalement basses confirment l'échantillon veineux. Un traitement prophylactique est indiqué pour la plupart des nouveau-nés à haut risque. Les autres nouveau-nés à risque qui ne tombent pas malades devraient être nourris tôt et souvent avec des préparations pour nourrissons afin de fournir des glucides.

    La glycémie doit être surveillée pour déterminer les paramètres de débit de perfusion. Si l'hypoglycémie est résistante au traitement, prenez en considération d'autres causes et, éventuellement, une évaluation endocrinienne, examinez l'hyperinsulinisme persistant et une altération de la gluconéogenèse ou de la glycogénolyse est défectueuse.

    Prévention et traitement

    La prévention de la maladie est essentielle au bon fonctionnement du corps et à l’absence de maladie. Pour prévenir l'hypoglycémie, vous devez respecter les règles suivantes:

    • Allaitement exclusif. Dans les cas où l'enfant est prématuré, il lui est également permis de s'alimenter avec des céréales, mais uniquement avec l'autorisation du médecin.
    • Manque de nourriture supplémentaire pour bébé. Il est impossible pour un nouveau-né de manger autre chose que du lait maternel.
    • Des couches de thermorégulation appropriées, des couches, du linge de lit dans le berceau. Maintenir une température corporelle saine est un impératif dans la prévention du faible taux de sucre.
    • L'allaitement devrait commencer dans l'heure qui suit l'accouchement.
    • Il est préférable de planifier le régime alimentaire du bébé selon un horaire qui évite une alimentation excessive ou insuffisante, susceptible de provoquer une maladie. Si l'enfant ne montre pas de signes de faim (un enfant en bonne santé demande à manger au moins 4 à 5 fois par jour), il s'agit alors d'un signal de visite chez le médecin.
    • Même si l'âge du nouveau-né est inférieur à 32 semaines et son poids est inférieur à 1,5 kg, il est toujours recommandé d'allaiter uniquement à l'exception des recommandations du médecin.
    • Si le niveau de glucose est inférieur à 2,6 mol, la perfusion intraveineuse de glucose doit être commencée immédiatement.

    Que le nouveau-né soit malade ou non, il devrait recevoir du glucose par voie intraveineuse dans le corps au cours des premières heures de sa vie.

    Les chiots nouveau-nés naissent avec un système immunitaire immature, qui doit être construit avec le temps, à commencer par le lait de leur mère. En raison de leurs organes et systèmes immatures, les chiots sont sujets à diverses agressions, notamment des infections et des facteurs environnementaux, nutritionnels et métaboliques. En outre, les jeunes animaux ne sont toujours pas soumis à une réglementation stricte de la température corporelle, laquelle peut varier considérablement en fonction des changements de température et d'humidité. Le contrôle du glucose peut également être mauvais et la glycémie peut être inférieure à la normale dans le cas de troubles de l'alimentation, ce qui conduit à un état d'hypoglycémie.

    Le groupe à risque comprend les enfants qui ont:

    • Digestion perturbée.
    • Le poids corporel dépasse quatre kilogrammes.
    • La mère a le diabète de type 1.
    • Il n'y a aucune possibilité de nutrition entérale.

    Causes et résultats

    Aujourd'hui, le développement de l'hypoglycémie est considérable chez les adultes et les enfants, y compris les nouveau-nés. Cela est dû à de nombreux facteurs qui se produisent au 21ème siècle. Pas étonnant que cette maladie soit appelée la peste de notre temps. Affectant le système nerveux, la maladie passe progressivement aux fonctions psychomotrices du corps et devient la source du développement de maladies associées, accompagnées de convulsions et d'une insuffisance cardiaque.

    Ainsi, une hypoglycémie sans signes évidents peut provoquer une thrombose ou une crise cardiaque, ainsi le symptôme ou les prérequis ne seront pas visibles. Par conséquent, dès les premiers signes de faible taux de sucre, vous devez contacter la clinique et effectuer les tests sanguins appropriés qui aideront à prévenir la maladie du bébé et à lui sauver la vie. Convenez que les raisons d’inquiétude sont lourdes.

    Comment contrôler l'hypoglycémie

    Afin de contrôler la glycémie, il existe des bandelettes réactives spéciales. Ils peuvent donner des résultats pas assez précis. Si les résultats du test sont très faibles, vous devez contacter immédiatement le laboratoire pour obtenir un diagnostic. Il est important de savoir que le traitement doit être démarré immédiatement, sans attendre les tests de laboratoire. Le test ne peut pas éliminer complètement la maladie.

    Il faut se rappeler que les nouveau-nés pesant moins de 2800 et plus de 4300 grammes, les prématurés et ceux qui sont nés d'une femme atteinte de diabète sucré sont à risque.

    Beaucoup sont intéressés par la question: quand font les tests pour les indicateurs glycémiques? Le contrôle de la glycémie commence une demi-heure après la naissance, puis une heure, trois, six heures, toujours à jeun. S'il existe des preuves, le contrôle continue. Lorsque le premier diagnostic est établi, excluez les malformations congénitales et les sepsis.

    Hypoglycémie chez le nouveau-né: traitement

    Le traitement de l'hypoglycémie se déroule de différentes manières: le dextrose est administré par voie intraveineuse, une décision est prise en ce qui concerne la nutrition entérale, il existe des cas où le glucagon est injecté par voie intramusculaire.

    Les bébés nés d'une mère diabétique qui prend de l'insuline reçoivent généralement des solutions aqueuses de glucose après la naissance. Les médecins recommandent aux autres enfants à risque de commencer à les nourrir dès que possible et souvent afin que davantage de glucides puissent être ingérés par l'organisme.

    Lorsqu'il est constaté que le taux de glucose dans le sang d'un nouveau-né est réduit, il est nécessaire de commencer à traiter le bébé. Pour ce faire, choisissez une nutrition entérale et une solution aqueuse de glucose, qui est injectée dans une veine.

    Après cela, vous devez surveiller en permanence le niveau de glucose et prendre les mesures nécessaires très rapidement.

    Si l'état du bébé est normalisé, vous pouvez passer au traitement nutritionnel, mais le contrôle ne doit pas être arrêté.

    Il est très important de comprendre que tout type d'hypoglycémie, même si elle disparaît sans symptômes, doit être traitée. Le contrôle de l'horloge se poursuit de manière constante jusqu'à ce que le bébé ne se remette pas à neuf. Même si les indicateurs ne sont pas critiques, il est toujours nécessaire de commencer le traitement.

    L'hypoglycémie peut être de deux types: modérée et sévère. Si un nouveau-né est atteint du premier type de maladie, 15% de maltodextrine et le lait maternel lui sont administrés. Lorsque cela n’est pas possible, piquez du glucose.

    En cas de forme sévère, un bolus est préparé, puis une perfusion de glucose est également ajoutée au mélange. Si cela ne vous aide pas, entrez glucagon. Dans ce cas, il est nécessaire de contrôler strictement les indicateurs, car cela ne peut que devenir plus facile pendant un moment.

    Il arrive que tout ce qui précède ne donne aucun résultat, puis ils recourent à des mesures extrêmes et donnent du diazoxide ou du chlorothiazide.

    Mesures préventives pour les nouveau-nés

    Femmes enceintes ayant des antécédents de diabète sucré, il est très important, au cours des derniers mois de la grossesse, d’assurer un taux de glucose normal.

    Nous devons essayer dès que possible de commencer à nourrir le bébé et de veiller à ce que les repas soient fréquents. Lorsque le nouveau-né rentre à la maison, il est nécessaire de continuer à se nourrir régulièrement.

    L'intervalle entre les repas ne doit pas dépasser quatre heures. Il arrive souvent que le nouveau-né soit renvoyé sain et sauf à la maison et qu’à cause des longues pauses entre les tétées, il développe une hypoglycémie tardive.

    L'hypoglycémie chez les nouveau-nés est une maladie grave qui nécessite un contrôle strict et un traitement immédiat. Vous devez surveiller correctement votre bébé pour éviter tout problème grave.

    Nous vous souhaitons, à vous et à votre enfant, une bonne santé!